Il faut rendre à César ce qui est à...

Publié le 06/04/2022


EDITO du 6 avril 2022, par Fred Castelnau

« Il faut rendre à César ce qui est à Rosalie ». Autrement dit, ne manquez pas la magnifique exposition consacrée par la Cinémathèque à une certaine Romy. Mue par l’ardente volonté de surprendre, de travailler avec les plus grands et d’aller chaque fois là où nul ne l’attendait, Romy Schneider, actrice d’exception, a su tracer son propre chemin, bâtir une impressionnante carrière et incarner à elle seule une page entière du cinéma de son époque. Une exposition émouvante et inspirante, à découvrir jusqu’au 31 juillet.

Et puisqu’on parle de César, profitons-en pour évoquer aussi les mérites de ces deux anciens de l’Ecole qui viennent justement d’en recevoir un : Erwan Kerzanet pour le son, Elie Girard pour le court-métrage de fiction. Nous leur consacrons ce mois-ci différents articles, dont un entretien avec Erwan qui revient pour nous sur les points-clés de son parcours professionnel, chemin construit « en suivant ses désirs et ses intuitions ».

C’est ce que l’on souhaite à nos récents parrainés, étudiantes et étudiants de 2e année, que nous avons eu énormément de plaisir à voir si nombreux, motivés et démasqués lors de la soirée de parrainage du 11 mars dernier. Un grand merci aux parrains et marraines, tous de grands professionnels qui ont répondu à notre appel pour s'engager à leurs côtés.

Les liens entre professionnels et étudiants sont un axe essentiel de la transmission au cœur de nos métiers. Au niveau de l'Ecole, un exemple récent est la conférence initiée par le Master Photographie et les élèves de 3e année qui ont invité les Filles de la Photo pour un débat sur la commande. La vidéo de la conférence est en ligne sur notre site.

L'engagement, c'est aussi celui de nos trois partenaires - SGM Light, TSF et LEITZ - qui nous ont apporté leur soutien durant cette longue et délicate séquence de crise sanitaire. C'est grâce à eux et à nos fidèles adhérents que l'association poursuit son chemin.

Enfin, rendons à ces arts ce qui est à ces arts en rappelant que le cinéma, la photo et le son ne sont pas des outils au service du seul divertissement ; ils sont des instruments dans notre quête du réel et notre besoin de donner un sens au côté anarchique de l'existence.

 

En photo : César reçu par Romy Schneider en 1979 pour son rôle dans "Une histoire simple"